La vente et l’achat en ligne de vêtements d’occasion séduit de plus en plus et des plateformes telles que Vinted ou Thred Up se multiplient à l’international pour apporter une offre digitale à une audience désireuse de consommer et de s’habiller autrement. C’est dans cet esprit que Netlab, leader de la petite annonce et de l’économie circulaire à Maurice, a lancé aujourd’hui dressme.mu, une nouvelle plateforme destinée à la vente et à l’achat de vêtements d’occasion entre particuliers à Maurice. Le site propose ainsi des vêtements, des accessoires et des chaussures de seconde vie pour les femmes, les hommes et les enfants.



« Ce n’est un secret pour personne, l’industrie du textile est la 2eme industrie la plus polluante au monde. A notre échelle, nous voulons faire prendre conscience à tous qu’en encourageant une consommation équilibrée entre le neuf et les vêtements de seconde vie, nous préservons nos terres et l’avenir de nos enfants. Nous pouvons communiquer avec une très large communauté d’utilisateurs acquise durant ces 5 dernières années, qui nous reste fidèle et qui adhère à la philosophie du Groupe Netlab » affirme Philippe Jaunet, CEO de Netlab.


Il existe certes des freins à l’adoption de vêtements de seconde main, l’argumentaire écologique et pécuniaire est cependant de plus en plus entendu. En effet, il faut, en moyenne, 2 500 litres d’eau pour produire un t-shirt classique et l’équivalent de 285 douches pour un jean. Il est estimé que 18.8 millions de tonnes de déchets textiles seront enfouis cette année dans le monde. Dresseme.mu vise ainsi a sensibilier les Mauriciens à une consommation éco-responsable circulaire en leur offrant la possibilité de vendre rapidement des vêtements de seconde main auprès de la plus grande communauté digitale de Maurice. Depuis le lancement de weshare.mu, la première plateforme du Groupe Netlab en 2016, les fondateurs ont travaillé sans relâche à améliorer l’expérience-utilisateurs. Leur mission étant de créer un écosystème qui vise à augmenter le pouvoir d’achat des Mauriciens et, de fait, leur qualité de vie. Ce cercle vertueux est possible grâce à la data ; l’Intelligence Artificielle joue un rôle prépondérant dans leur approche et permet de développer des plates-formes à forte valeur ajoutée, pour les utilisateurs comme pour les annonceurs.



Ludovic Balloux, COO de Netlab et responsable du département data intelligence avance que les millenials et les ‘digital natives’ tirent le marché vers le haut, partout dans le monde. “La seconde main est une philosophie et un mode de vie. Conscients des enjeux environnementaux, les jeunes sont ceux qui se convertissent le plus à cette tendance. Acheter des vêtements d’occasion est une alternative à la surconsommation et les revendre, un moyen de se faire de l’argent. L’idée aujourd’hui est d’encourager le plus grand nombre à suivre le pas, surtout quand il est question d’accessoires ou de vêtements de cycle court comme les vêtements de grossesse, de nouveau-né ou encore une robe de mariée.”


Développer le réflexe de la seconde main reflète l’envie plus globale de consommer plus intelligemment et de façon responsable. Cela requiert un effort pour trier sa garde-robe régulièrement mais présente parallèlement des vertus insoupçonnées, sans compter que l’on peut gagner de l’argent. Il nous arrive à tous de nous tromper en achetant des vêtements ou de faire un achat compulsif. La solution est de vendre ces vêtements afin de leur offrir une seconde vie. En faisant le tri, vous pourrez également mettre de côté des vêtements ou accessoires que vous souhaitez donner à des associations. L’approche d’économie circulaire prend encore une fois tout son sens, notamment dans une industrie qui se réinvente et où nous pouvons tous apporter notre pierre à l’édifice.